Quelle vision pour Palaiseau ?

Retrouvez notre tribune du Palaiseau Mag de mai

En décembre 2012, le Parisien titrait « Palaiseau va construire 6000 logements d’ici à 2025 ». A peu près au même moment, on apprend que la 4ème révision du plan local d’urbanisme autorise la construction d’immeubles de 15 étages sur Palaiseau.

En 2006, avec l’adoption du plan local d’urbanisme, d’abord laborieusement voté en février (avec une voix de majorité) puis plus largement en juillet, il semblait que le projet de ville était celui d’un développement modeste. Le « plaisir de ville partagé » n’était qu’un slogan et la physionomie de notre commune était censée peu changer.

En 2008 avec « Palaiseau passionnément », l’ambition était plus grande, mais la traduction toujours aussi peu visible.

Aujourd’hui, on voit des immeubles qui poussent un peu partout dans Palaiseau, des voitures garées sur les trottoirs et, à défaut de plaisir de ville partagé, nous avons droit à des embouteillages partagés aux heures de pointe.

Que veut réellement l’équipe majoritaire en autorisant des immeubles de 15 étages ? Pourquoi cette révision « simplifiée » n’a-t-elle pas été davantage commentée dans le Palaiseau Mag, au sein de réunions publiques et, surtout, lors de la campagne municipale de 2008 ? Comment peut-on raisonnablement sortir du chapeau une telle révolution pour notre commune sans que les Palaisiens n’aient été pleinement informés ?

Amateurisme, décision précipitée, cachoterie ? Difficile de se faire une opinion tant est flou le projet de l’équipe majoritaire. Mais au fait, y a-t-il vraiment un projet ?

Vos élus : B. Vidal, C. Vittecoq, ML. Longchambon, M. Chéniaux, H. Paillet, D. Poulain
07 87 37 47 77

 

Un commentaire dans "Quelle vision pour Palaiseau ?"

  1. Johnny Loison
    Johnny Loison 6 years ago .Répondre

    Bonjour,

    Je souhaite réagir suite à la réunion publique de la procédure de révision simplifiée du PLU de Palaiseau, étant dans la profession les mots me manquaient hier soir à la salle des fêtes, j’ai été choqué de la mauvaise compétence de l’EPPS, la CAPS, la mairesse et des élus. Je tenais à signaler que la mairesse n’avait même pas pris la peine de consulter la projection avant la réunion publique du fait de ces différentes interventions décalées, je trouve cela limite. Limite comme le long dialogue sur la hauteur 45m, issue d’une norme réglementaire et non d’un projet d’ensemble : en effet c’est plus ou moins la limite des IGH. Qu’en est-il de la densité horizontale où l’on perçoit quelques espaces piétons plantés ou des micros patios plantés à l’intérieur d’immeuble R+8 moyen ?

    Je suis Palaisien depuis 5 ans et contrairement à ce que j’aurai pensé du fait de la présence de Michel Desvigne dans le projet, j’imaginais que l’identité du site pouvait être préservée voir révéler. Encore une fois je vis dans le monde des bisounours !!! Nous passons d’une emprise au sol de 0% à 100% dans le secteur Ux1.
    L’identité du lieu comme genèse d’un projet n’est pas la préoccupation des urbanistes et des élus encore moins des architectes qui pourront poser leurs objets telles des soucoupes volantes autour d’une gare imaginaire. Et oui il faut bien le dire il faudra voler pour pouvoir circuler sans encombre. Je cite le préfet dans la réponse de l’avis de l’autorité environnementale page 3: « le trafic automobile est bien sous-estimé laissant craindre des situations d’embouteillage… »

    Je ne parle même pas de la situation actuelle qui conviendrait de résoudre. J’ai su qu’un hôpital viendrait s’installer, il conviendrait aux élus de réaliser des comptages actuels et prospectifs pour voir que le fait d’installer certain programme est incompatible car le nombre de visiteurs jours des hôpitaux est impressionnant, cela viendrait grever encore plus la circulation.

    Les hommes de terrain manquent dans les municipalités, nous aurions pu croire que les urbanistes aurait pu prendre les choses en main et sensibiliser la maire en prenant en compte les objectifs de l’état sur le projet Cluster et de l’adapter à l’existant et non en « décalant l’existant » est-ce le grenelle 2 ? J’en doute !!! Je ne parle même pas des parkings enterrés a -7m !!!

    Je sais que cela n’intéresse pas beaucoup de personne mais la Faune et Flore actuelle est rasée, le préfet lui-même s’inquiète malgré un dossier bien fourni. Vous pouvez bien imaginer qu’il est difficile de « décaler » les espèces animales, je laisse cela aux Roms à qui cela ne dérange pas !!!

    La mutualisation est le terme « à la mode » de chez nous !!! Je suis pour le partage raisonné et non utopique. Je m’explique, mutualiser les terrains de sports pourquoi pas, mutualiser les eaux pluviales, non à la parcelle mais à la zone est-ce le grenelle 2 ? Je comprends qu’il est difficile de gérer les eaux pluviales à la parcelle avec une emprise au sol de 100% ou même de 70% en zone Ux2 !!! La densité avant tout !!! Mutualisation des parkings, c’est si facile à dire mais si difficile à faire et oui ils pensent que les promoteurs vont porter un investissement supplémentaire en construisant des silos de parkings ou des places en plus en attendant de les vendre aux autres immeubles ou équipements publics environnant ? L’autre solution serait que l’aménageur porte ce cout supplémentaire? Enfin nos impôts voulais-je dire. Je pense que l’idée est bonne mais avant d’afficher des idées il faut savoir ce que cela engendre comme montage opérationnel. Je demande des études de cas dans la région, en tant de crise je ne pense pas que cela puisse fonctionner.

    Je terminerai sur la question de la mixité : La mairesse m’a informé qu’à Nantes les tours engendrent une mixité et oui un rdc commercial ou bureaux et des logements étudiants au-dessus… C’est ça la nouveauté ? Je tiens à signaler que la Mairesse compare une ville de 31 000 habitant à 280 000 habitants…Cela reflète bien le décalage.
    L’ile de Nantes je connais bien car c’est l’Agence dans laquelle je travaille qui a réalisé le projet urbain. C’est un exemple de mixité à prendre en compte dans les grandes lignes qui pourrait se simplifier en 4 mots : respect, histoire du lieu. La démarche étant de comprendre l’histoire du site pour en révéler les potentialités du sol, des habitations existantes, des hangars mais surtout des gens qui y vivent.
    Je pense que la seule mixité qui devrait y avoir est le dialogue entre le bâti et l’agriculture. Imaginer des concepts urbain de ville-campagne comme les « cités jardins » anglo-saxons par exemple. Le site s’y prête aisément. Même si cela est un vieux concept il mérite d’être plus respirable que le futur corridor construit du plateau de Saclay.

    Je finirai par une phrase « chaque jour suffit sa peine », nous ne savons pas de quoi l’avenir sera fait (hormis la maire) alors essayons d’être lucide et essayons d’organiser de la mesure là où il y en a besoin la démesure étant inappropriée dans le contexte économique actuel.

    J’envie les occupants des futurs tours de 16 étages qui pourront voir des balcons une nappe de toiture dans une ambiance animée d’un bruit automobile !!! Je conçois que la vue lointaine soit agréable mais les nuisances du premier plan prendront le dessus.

    Johnny Loison, Architecte

Laisser un commentaire