Réforme des rythmes scolaires : l’Arlésienne

Retrouvez notre tribune du Palaiseau Mag’ de novembre

On s’en souvient, c’est récent, à la rentrée 2008, les élèves de maternelle et de primaire étaient passés à la semaine de 4 jours. Fini les cours du samedi matin. Cinq ans plus tard, le ministre change et, réforme scolaire oblige, les rythmes scolaires aussi. Nos écoliers renouent avec la semaine de 4 jours et demi. Tout ça pour ça ? Non, bien sûr, la réalité est plus complexe.

Alors qu’en 2008, à l’issue de 10 mois de concertation, les écoles devaient choisir entre la semaine de 4 jours ou 9 demi-journées en ajoutant le mercredi matin, en 2013 avec la réforme Peillon, toutes les écoles doivent passer à 9 demi-journées. Les municipalités n’ont désormais plus qu’un seul choix, ajouter une demi-journée le mercredi matin ou le samedi matin.

Or, avec le nombre croissant de familles recomposées, travailler le samedi matin devenait compliqué. Mais le choix du mercredi matin n’est pas non plus idéal, dans la mesure où la réforme 2013 ajoute des activités périscolaires obligatoires pour la grande majorité des enfants.

Bilan : alors qu’en 2008, 95% des écoles avaient opté pour la semaine de 4 jours, en 2013, une écrasante majorité préfère… repousser l’application de la réforme en 2014.

Faire et défaire, c’est toujours travailler dit le proverbe. Certes, mais lorsque l’on aborde la pédagogie et le rythme d’apprentissage des enfants, la moindre des choses aurait été d’avancer avec prudence et réflexion. Force est de constater que pour cette rentrée 2013, nous assistons plutôt à de la précipitation et de l’approximation.

Vos élus : B. Vidal, C. Vittecoq, ML. Longchambon, M. Chéniaux, H. Paillet, D. Poulain
07 87 37 47 77

 

2 commentaires dans "Réforme des rythmes scolaires : l’Arlésienne"

  1. Zou
    Zou 5 years ago .Répondre

    Plus c’est gros… En 2008, X.Darcos, ministre sous Sarkozy a décidé unilatéralement et contre tous les avis, de supprimer les 3h du samedi matin en les remplaçant par une usine à gaz de pseudo aide personnalisée. 2 ans plus tard, mesurant les dégâts, L Chatel, toujours sous Sarkozy et avec le même premier ministre Fillon, a tenté de réparer les dégâts constatant que la suppression du samedi n’avait fait qu’un seul gagnant, les officines de soutien scolaire faisant miroiter aux familles une réussite de leurs petits (surtout que Darcos les avait ajouté à la liste des « emplois à domicile » donnant droit à réduction d’impôts)… Donc, le tout aussi libéral Chatel a réuni des commissions et des Etats généraux, réussissant même à obtenir des organisateurs vacances et associations de jeunesse un accord sur l’intérêt de repenser les rythmes hebdomadaires mais aussi la question des périodes de congés… Il lui a juste manqué le courage de proposer les mesures de réorganisation de la semaine préconisées. Ne rien faire et réfléchir, c’est donc cela votre proposition ?

  2. yvon
    yvon 5 years ago .Répondre

    Monsieur, pensez aussi à dénoncer les prix astronomiques des frais de cantines et de garde de nos enfants: près de 7 euros le repas de midi!!!! de la folie furieuse!!!! autant que nos petits tous les jours aillent au flunch : ca coutera moins cher et ca sera bien meilleur!

Laisser un commentaire