Un meeting pour tous... certains plus privilégiés que d'autres

Réunion publique ou meeting ?

Les Palaisiens qui se sont rendus de toute bonne foi à la « réunion publique » d’hier soir organisée par la maire sortante ont été grandement surpris : il s’agissait en fait d’une « réunion de travail » (dixit le ministre de la ville), c’est à dire un meeting, pour « la dernière ligne droite » avant le 23 mars.

Pendant près de deux heures, nous avons assisté à de l’autosatisfaction sur l’urbanisme (sic), sur la réforme des rythmes scolaires (re-sic) et sur… La transparence ! Evidemment, avec un tel bilan, l’équipe sortante part confiante !

Ah si, tout de même, un peu de lucidité : la maire sortante a reconnu que ça n’allait pas être si facile, la droite partant unie et la gauche divisée. A ce propos, elle ne s’explique pas pourquoi les Verts ont monté une liste concurrente à gauche. Peut-être devrait-elle chercher du côté d’un manque de transparence dans le fonctionnement de son équipe pendant les 6 dernières années ?

2 commentaires dans "Réunion publique ou meeting ?"

  1. Le constat d'un abstentionniste
    Le constat d'un abstentionniste 3 years ago .Répondre

    En tous lieux, l’équipe sortante est satisfaite de son bilan. Mais l’opposition ne devrait-elle pas effectuer son autocritique ? Hormis durant les périodes électorales, elle est invisible, inaudible au point que l’on peut se demander s’il existe une opposition dans cette ville.
    Comment peut-elle ensuite s’étonner que les gens se détournent d’elle ou découvrent sur le tard, une autre alternative politique ?
    Pour espérer inverser la tendance électorale de la ville, vous devez être omniprésent sur le terrain à tout moment de l’année. L’idéal serait de posséder un local en centre-ville afin de vous faire connaître des habitants
    et d’être au plus près de leurs besoins et de leurs attentes. La permanence serait représentative de toutes les composantes de l’opposition – aucun parti ne prenant l’avantage -, elle ne servirait pas à recueillir des adhésions ou récolter des fonds mais elle serait uniquement un lieu d’écoute, d’échanges d’idées et d’informations… Ainsi, au fur et à mesure, vous pourrez établir un programme électoral collant au plus près des aspirations de la population.
    C’est un long travail mais si au bout du compte, la confiance se fait jour alors le bouche à oreille fera son œuvre…
    Cordialement

  2. L’équité de l’abstentionniste comme suite au précédent article
    L’équité de l’abstentionniste comme suite au précédent article 3 years ago .Répondre

    J’ai souvent lu et entendu que Palaiseau serait une ville « de gauche ». Cette remarque relève d’un état d’esprit particulier. Aucune ville n’appartient à un parti ou un groupement politique même si les résultats électifs penchent en sa faveur. Comme ailleurs, la pluralité coexiste à Palaiseau.
    Habiter Palaiseau depuis peu, ne rend pas votre candidat plus inapte que vos adversaires qui, en un temps pas si éloigné ont appris à connaître la ville et ses habitants sur le terrain. Cela peut être un avantage, un atout, un regard neuf profitables à tous.
    Par anticipation, l’équipe sortante semble savourer sa victoire à en juger par les affiches annonçant les évènements du mois d’avril accompagnés de la photo de la maire sortante ou « à venir ». Une attitude passionnément démocratique.
    Quant à la troisième liste, s’ils se promènent sans laisse au premier tour, il est probable qu’ils retourneront à la niche, au second tour. Si cela se vérifie, leur démarche aura été sans intérêt.

    Contrairement à ce que peuvent croire un bon nombre de personnes, ce sont les abstentionnistes qui auraient le plus à dire… Je me suis donc un peu « défoulé »…

    Cordialement

Laisser un commentaire