Entre mépris et populisme

Mercredi soir (26 juin) le conseil municipal de Palaiseau a adopté, à une très courte majorité (19 voix sur 35) la révision du plan local d’urbanisme de Palaiseau. Quatre heures de débat, ou plutôt de monologues successifs où tout a été dit, ou presque.

Dès l’ouverture du débat, Hervé Paillet a exprimé le point de vue de Palaiseau A Venir (voir ci-dessous) : installer de force 2500 logements familiaux en plein cœur du futur campus à l’Ouest de l’Ecole Polytechnique (objet de cette révision du PLU) est un non-sens. Sans transport, sans lien avec la vallée, le nouveau quartier de 10.000 habitants sera trop dense, trop haut (8 étages) et surtout trop près des laboratoires. Au final, les nouveaux habitants seront enclavés et subiront les nuisances du pôle de recherche et dans le même temps, il n’y aura plus de place pour que les start-up s’installent. Des habitants accueillis dans de mauvaises conditions et un cluster en panne !

Les Verts, puis la GALU, ont alors pris la parole pour dénoncer ce projet mal pensé, consommateur d’espace et surdimensionné pour notre commune. C’est là que le débat a dérapé. Les élus socialistes, le ministre de la ville en tête, ont estimé que les Verts venaient de renier leurs engagements politiques, que la GALU était représentée par des « petits-bourgeois » refusant les logements sociaux. Au-delà, la centaine de personnes présente dans la salle a été malmenée par la maire et par son adjoint à l’urbanisme : ces gens ne représentent après tout que « 0,7% » de la population de Palaiseau, alors pourquoi les écouter ?

Le mépris s’est rapidement installé dans les débats, le ministre estimant que les gens votant contre n’avaient rien compris, qu’ils n’avaient même pas le « niveau d’une classe de troisième ». Le premier adjoint, oubliant les 3500 logements déjà en construction sur Palaiseau dont 30% de logements sociaux, a encore utilisé les mêmes vieilles ficelles en accusant tout le monde de vouloir cultiver « l’entre soi », rejetant toute nouveauté.

Mépris, populisme, l’équipe majoritaire ne s’y prendrait pas autrement si elle voulait favoriser les extrémismes de tout genre.

 

La prise de parole d’Hervé Paillet lors du débat :

Intervention Hervé Paillet – débat PLU – CM 26 06 13

6 commentaires dans "Entre mépris et populisme"

  1. pp
    pp 5 years ago .Répondre

    Entièrement d’accord! ce havre de paix va devenir un bazar abominable: poubelles, canettes de bières sur les pelouses, squatteurs sur les terrains de tennis et de foot de polytechnique, tags partout sur les murs des labos…

    ca va etre du grand n’importe quoi: on va refaire les mêmes erreurs que durant les années 70, et on transforme des coins encore potables de l’ile de France en future banlieues …

    Sans parler que l’on met la charrue avant les boeufs! Le métro n’arrivera qu’en 2030 au mieux! La priorité est aux transports en commun ! certains grandes ecoles ne demenageront pas tant que le futur métro ne sera pas construit!

    Ce qui est réellement du grand n’importe quoi, cest d’avoir construit ces ecoles si séparées les unes des autres: polytechnique est a des kms d’HEC et de Supelec: inaccessible à pied! On est les seuls au monde a avoir été aussi stupide! Il fallait regrouper réellement les écoles et bien les penser depuis le debut! Ce soit disant grand campus va devenir une forte d’ilots de campus sans la moindre communication entre eux et il faudra la vouture pour aller d’un ilot à l’autre, dou des embouteillages monstres!

    La maire de Palaiseau semble appliquer à la lettre la politique des socialistes:c’est bien mais il ne faudrait que Palaiseau se transforme en Massy, voire pire, Grigny, et que Palaiseau supporte a elle seule toutes les constructions de l’ile de France! C’est stupide!

  2. pp
    pp 5 years ago .Répondre

    D’autres part, les appartements neufs actuels se vendent mal car les prix ont été largement surévalués! Après le rush de la mise en vente, cest le calme plat: plus rien ne se vend!

    Et je ne pense pas que les 2500 autres logements se vendront mieux!

    attendons que le metro arrive, que les écoles s’installent, et là on pourra parler de faire construire des logements! Palaiseau n’a pas vocation a acceuiller toute l’ile de france, meme les gens qui travaillent au nord de Paris ! de toute façon les appartements neufs ne se vendent PLUS!

  3. pp
    pp 5 years ago .Répondre

    Ceux qui nous gouvernement, à droite comme à gauche, n’ont toujours pas compris que ce que veulent les gens c’est une maison avec un jardin ! Entasser les gens dans des clapiers à lapin , cela a une limite!

    Je ne vois pas en quoi les tours de 8 étages où les gens sont entassés sont plus écolos que les maisons individuelles avec jardin , arbres , fleurs et potager ! D’autant plus si les fameuses tours ne sont aucunement desservies par le transport sur rail: on a vu ce que cela a donné aux Ulis…. Les Ulis elle aussi étaient destinées pour les chercheurs, dans les années 70…

    De plus c’est un comble que l’ancien maire de Palaiseau ait acheté pour 183 000 euros son terrain à batir de la modeste superficie de 5007m2 , avec vue magnifique sur la vallée, sans vis à vis, dans le quartier très tranquille des Jonquerettes, tout en préconisant en même temps la densification à outrance et les immeubles avec des vis à vis inévitables ! (voir la déclaration de patrimoine officielle des ministres)

    C’est un peu le » faites ce que je dis mais pas ce que je fais! »

    Rappelons que le prix du m2 de surface de terrain à Palaiseau est entre 500 et 1000m2! Faites un petit calcul : 183 000 / 5007 et cherchez l’erreur.. Aller sur le seloger.com et regardez les prix des terrains à Palaiseau: pour le même prix on a un 500m2 au mieux, et en bordure de rail de RER B…. Bon on va dire que le prix du foncier à Palaiseau a explosé en 5 ans, ça doit être cela!

    Bien à vous.

  4. Olivier
    Olivier 5 years ago .Répondre

    La priorité devrait être donnée non seulement aux transport en commun mais surtout aux pistes cyclables!

    Il n’y a AUCUNE piste cyclable allant du quartier des Joncherettes au centre ville de Palaiseau. Pour aller du centre ville au campus, cest tres dangereux: on doit passer par des carrefours dangereux et les voitures roulent n’importe comment aux heures de pointes les gens étant stressés et pressés de rentrer!

    Sur le campus, il n’y a AUCUNE piste cyclable: tout se fait en voiture!

    il est evident que les espaces verts vont etre envahis de toute l’ile de france: qui va ramasser les ordures laissés par les « jeunes » habitant dans les futurs tours de 8 étages?

    En France, ouvrir un campus à tout le monde mene tout droit vers l’anarchie! Il nya qu’aux USA que cela marche car la bas on respecte les choses! En France tout est tres vite vandalisé! La maire de Palaiseau croit trop au monde des bisounours!

    Le campus qui etait fait pour les etudiants et la recherche et n’a pas vocation a servir de distraction aux jeunes désœuvrés habitant dans les allentours pour que ceux cis fassent n’importent quoi, dessinent leurs tags , vandalisent tout!

    certes cest etre un peu egoiste de preserver ce coin de l’exterieur, mais en France cest la seule façon d’éviter un saccage car les Français n’ont aucun respect pour les coins publics!

  5. Olivier
    Olivier 5 years ago .Répondre

    avant de s’occuper d’appartements neufs, je pense que l’on ferait mieux de refaire les ravalements de la résidence du parc d’Ardenay, qui est une véritable HONTE pour la ville ! Comment ose t-on loger des gens dans de telles conditions d’insalubrité?

    • Abner
      Abner 5 years ago .Répondre

      Si vous par « insalubrité » vous voulez désigner l’aspect extérieur je suis d’accord avec vous. Mais pour ce qui est des intérieurs ces appartements sont loin d’être insalubres. Demandez à un des propriétaires qu’il vous autorise à visiter et vous en serez bien étonné.
      Si par contre vous voulez voir ce que c’est d’être mal-logé, faites un saut dans les cours de la rue de Paris.

Laisser un commentaire